16 Oct, 2017

Traité entre Moreau de Riancour, propriétaire à Saint Dominique, et Charon et Pradel, potiers à Sadirac, pour créer une poterie dans cette Île.

Archives de la Gironde François notaire

N° CXCVIII

7 juillet 1771

Par devant les conseillers du Roy, notaires à Bordeaux, soussignés, furent présents Me Nicolas Moreau de Riancour, capitaine de cavalerie à saint Dommingue, cartier de Lartibonnite, paroisse de Notre Dame de Verrete, y habitant ordinairement, estant de présent en cette ville, logé chez les sieurs Grolin et Venllierode, marchands drapiers, demeurants place du Marché Royal, paroisse Saint pierre, d’une part :

Et Nicolas Charon et Jacques Pradel, tous deux compagnons potiers habitants de la paroisse de Sadirac, Entre –deux-mers, etans de présent en cette ville ,ez études de nous dits notaires d’autres part :

Entre lesquels parties a esté convenu et arrêté ce qui suit :

Savoir est que les Charon et Pradel se sont engagés ainsi qu’ils s’engagent par ces présentes, pour le temps et espace de trois années entières et consécutives, qui commenceront à courir à compter du jour que les di Charon et Pradel partiront de ce port pour s’embarquer sur le navire La Julie de Bordeaux, capitaine le sieur Desnous, et qui finiront à pareil jour de l’année qu’on comptera mil sept ces soixantye quatorze, envers mondit sieur Moreau de Riancour, ce acceptant; pour par lesd. Charon et Pradel se rendre sur l’habitation de mondit sieur Moreau de Riancourt situé au lieu dit de Lartibonite, isle de Saint Domingue ; et à cet effet de ne pas desembarquer dudit navire La Julie, pas même de descendre à terre quelque relache que fasse ledit navire, qu’il soit arrivé au devant le port et havre de Saint marc. Susdite isle de Saint Domingue, lieu de se destination.

Sur laquelle dite habitation de mondit sieur Moreau de Riancour les dits Charon et Pradel prometent et s’obligent de travailler de leur métier de potier et de tout ils se melent et entremelent en iceluy, pour le compte de mondit Moreau de Riancour pendant lesdit trois années, sans pouvoir pendant leur cours s’absenter de laditehabitation ny s’employer pour aucune autre personne, sous quel pretexte ny pour quelque cauze que ce soit ny puisse être, même obeir à tous les ordres et commendements lieites et honn etes qui leur seront faits par mondits sieur Moreau de Riancour relativement à leur dit métier de potier, à la charge par mondit sieur Moreau de Riancour de fournir aux dits Charon et Pradel les matériaux, terre et autres choses necessaires pour la confection des ouvrages des formes, pots, briques, tuiles, carreaux qu’autres ouvrages qui leur seront ordonné, et le nombre sufisant de négres ou autres gens de journées pour travailler conjointement avec eux auxdits ouvrages de terre et poterie, ensemble les ustensiles et outils sur ce nécessaires, et à la charge encore par mondit sieur Moreau de Riancour de loger, nourrir, blanchir, lesdits Charon et Pradel, sains et malades, pendant lesdites trois années, et leur fournir pendant le cours des maladies dont ils pouroient se trouver atteints, tous les médicaments et traitements nécessaires à ses frais et depens, ainsi que le coût et débours de leur passage sur ledit navire La Julie audit lieu de Saint Domingue ci-dessus exprimé. Et en outre qu’il sera compté par mondit sieur Moreau de Riancour, à chacun desdit Charon et Pradel une somme de cent livres pour leur service à s’acheter certaines nipes pour leur voyage sans qu’elles puissent se precompter sur le prix de leur engagement dont sera ci après parlé.

Et s’y pendant le cours desdites trois années lesdits Charon et Pradel venoient à s’absenter de l’habitation de mondit sieur Moreau de Riancour sous quel pretexte que ce puisse être, audit cas il sera permis et loisible à mondit sieur Moreau de Riancour, ainsi que lesdits Charon et Pradel s’y obligent , non seulement de prendre des ouvriers pour faire travailler en leur lieu et place, à leur frais et dépens à tel prix que ce puisse être pendant le temps qu’il restera à parachever les susdites trois années, mais encore de les poursuivre pour tout voyes de droit pour les dommages et intérêts qu’il pouroit en reseulter à mondit sieur Moreau de Raincour , reconnaissant leszdits Charon et Pradel que sans la présente convention et son exécution mondit sieur Moreau de Riancour n’eut consenty à ces dites présents.

Le présent engagement ainsi fait, sous les clauses cy-dessus et les réservations cy après, pour et moyennant le prix et somme de Mille livres en argent de l’Amérique que mondit sieur Moreau de Riancour promet et s’oblige de bailler et payer à chacun desdits Charon et Pradel pour chaque chacune desdites trois années, demy année par demy années et à la fin de chacune d’ycelle , à peine de tous depens et intèrêts ;

Et finalement convenu qu’à la fin de la seconde et troisième année du présent engagement s’y ledit sieur Moreau de Riancour est content et satisfait de l’exactitude qu’auroient eu lesdits Charon et Pradel à son travail, qu’audit cas il leur baillera et payera à chacun d’eux à chacune desdites deux années une somme de trois cent livres.

Déclarent lesdits Charon et Pradel qu’ils ont chacun reçu avant ces présentes vingt livres à compte de cent livres que mondit sieur Moreau de Riancour s’étoit si dessus engagé de leur bailler et payer at réellement comptant sur ces présentes en espèces au cour à chacun d’eux soixante seize livres dont ils tiennent quitte et lu en octroyent quittance, de quoy et de tout ci-dessus a esté requis acte octroyé.

Fait et passé à Bordeaux ez études, le 7 juin mil sept cens soixante onze. Lesdits Charon et Pradel ont déclaré ne savoir signer de ce interpellés –

Moreau de Riancour- Fatin Aîné(notaire)- François (notaire)

Qui est en ligne ?

Nous avons 42 invités et aucun membre en ligne

Retour en haut